La lutte contre le changement climatique est une course contre la montre. Cela comporte le danger de rechercher des raccourcis qui n’en sont pas. Quelle voie est vraiment réaliste : réforme ou révolution ?

La crise climatique est le plus grand défi auquel l’humanité est confrontée aujourd’hui. Après plus de trois ans de grèves pour le climat et après le rejet de la loi CO2 par les électeurs suisses en juin dernier, il faut se poser la question : où en sommes-nous aujourd’hui dans la lutte contre le changement climatique ? Dans les organisations de gauche, le mouvement climatique et aussi la majorité des jeunes, il est clair qu’il faut agir de toute urgence. Mais nous avons besoin de clarté sur comment lutter avec succès. Quelle voie est vraiment réaliste : réforme ou révolution ? Où les militants du climat devraient-ils investir leur précieuse énergie ?

L’offensive bourgeoise d’après la loi CO2

La crise du capitalisme signifie l’intensification de la lutte des classes. Les partis conservateurs ont clairement fait savoir ces derniers mois qu’ils voulaient passer à l’offensive en matière de politique énergétique. Ce n’est qu’un front de plus dans l’offensive plus large du capital contre la classe ouvrière en Suisse : s’attaquer à l’âge de la retraite, réduire les impôts des entreprises, augmenter les impôts des travailleurs, augmenter le temps de travail, etc.

Le non à la loi sur le CO2 leur sert de base pour déclarer que « politique énergétique verte » a échoué. Ils veulent orienter la politique énergétique loin de la question de l’expansion des énergies renouvelables et vers la question de la « sécurité d’approvisionnement ». Sous la menace des « pénuries d’électricité », ils réclament désormais des investissements dans la construction de centrales à gaz, c’est-à-dire dans les énergies fossiles, et certains bourgeois réclament même un retour aux centrales nucléaires (PLR et UDC). Même les pas les plus ridicules vers l’expansion des énergies renouvelables sont sous le feu.

Ceux qui ne l’ont pas encore fait devraient d’urgence en tirer la leçon : les capitalistes et leurs gouvernements ne pourront jamais reconstruire leur système économique et le mettre sur une base durable. Ils doivent défendre leurs intérêts à court terme et leur position dans la concurrence accrue entre États-nations. Lutter contre le changement climatique est secondaire, tout au plus ! Cela ne changera pas pour le mieux à l’avenir, au contraire : sous les contraintes du capitalisme en crise, les capitalistes poussent partout à une politique protectionniste plus agressive. Chaque État-nation veille aux intérêts de ses propres capitalistes aux dépens du reste du monde. La crise économique fragilise davantage la solution internationale à la question climatique.

Le Conseil fédéral pousse exactement dans le même sens. La conseillère fédérale du PS Sommaruga veut également construire de nouvelles centrales électriques au gaz. En pllus, la nouvelle version de la loi sur le CO2 veut permettre aux entreprises de s’affranchir encore plus facilement des taxes sur le CO2. Deuxièmement, les contributions qui sont redistribuées à la classe ouvrière à partir de la taxe d’incitation doivent être discrètement réduites. Encore une fois : les capitalistes doivent avoir des échappatoires et la classe ouvrière doit payer.

Cependant, il serait complètement faux d’y voir la confirmation que le rejet de la loi sur le CO2 est une défaite pour le mouvement climatique. À l’époque, nous expliquions en détail que ce n’était pas la lutte contre le changement climatique qui avait échoué aux urnes. Ce qui a échoué, c’est la politique climatique bourgeoise qui voulait se cacher sous un manteau vert. On s’en souvient : le PS et les Verts étaient les défenseurs les plus visibles de cette loi sur le CO2, qui réclamait des taxes pour la population ouvrière au nom de la protection du climat, alors que les vrais responsables y échappaient. Cela se retourne contre eux amèrement : le PS et les Verts ont mis les bourgeois dans une position très confortable et ceux-ci peuvent maintenant prétendre que ce n’est pas leur politique climatique bourgeoise qui a échoué, mais la politique climatique « rose-verte » ! Le réformisme et ses compromis pourris ont préparé le terrain pour l’offensive bourgeoise.

Inondation d’initiative venant de la gauche

Comment les partis de gauche et les jeunes partis réagissent-ils au fait que leurs anciennes méthodes n’ont pas fonctionné ? Avec une inondation d’initiatives : de l’initiative pour les glaciers à l’initiative pour la responsabilité environnementale des Jeunes Verts en passant par les projets d’initiative du PS et des Verts jusqu’à celui de la Jeunesse Socialiste. De fait, ces projets d’initiative ne diffèrent pas significativement les uns des autres. Ils souffrent tous des mêmes faiblesses : ils s’appuient sur l’Etat bourgeois, restent avec leurs revendications pleinement dans le capitalisme et ne reconnaissent pas le rôle central de la classe ouvrière comme force active de changement.

L’initiative pour les glaciers et l’initiative pour la responsabilité environnementale se limitent soit à exiger de l’État ce que le gouvernement a déjà décidé mais manifestement ne respecte pas, soit à des objectifs dont la voie de mise en œuvre est délibérément laissée ouverte. Au moins, « l’initiative pour un fonds pour le climat » du PS et des Verts appelle à quelque chose de tangible : des investissements annuels de jusqu’à 7 milliards de francs dans la restructuration écologique de l’économie. L’approche de l’initiative est keynésienne : encourager par une augmentation des dépenses publiques l’investissement dans les technologies vertes, financé par l’endettement. Ce n’est pas un hasard si les initiants qualifient leur projet de « Green New Deal ». Le New Deal est une référence historique de la politique économique keynésienne. Comme nous l’avons expliqué à maintes reprises, il s’agit d’une politique économique fondamentalement bourgeoise. La prétention de Keynes était de sauver de lui-même le capitalisme en crise, en aucun cas un « changement de système ». Cette initiative doit également être mise en œuvre entièrement dans l’économie de marché et sa logique de profit.

L’arrière-plan de cette politique est l’attitude lâche d’esquiver le conflit de classe en essayant de contourner une question capitale : qui doit payer pour cela ? Le PS et les Verts exigent simplement des niveaux d’endettement plus élevés. Ils prétendent que cela profite à tout le monde, à la fois aux capitalistes et aux travailleurs. C’est pourquoi ils ont même essayé d’impliquer l’association des entrepreneurs Economiesuisse dans leur initiative !

Mais l’argent ne pousse pas sur les arbres. Les dettes contractées aujourd’hui doivent être payées demain – soit par les capitalistes, soit par les travailleurs. Si les capitalistes paient, leurs profits diminuent et avec eux leur incitation à investir – également dans les technologies vertes ! Lorsque la classe ouvrière paie, non seulement la situation sociale des salariés se détériore, mais la demande globale chute, ce qui à son tour affectera l’investissement. C’est la nature de l’antagonisme de classe dans le capitalisme que l’une des deux classes doive saigner. La question est de savoir si cela sera la classe ouvrière ou les capitalistes. On ne peut éviter cette question. 

Les limites du réformisme

C’est le mérite de la Jeunesse Socialiste d’avoir essayé de répondre précisément à cette question. Les maîtres mots de leur initiative, dont le lancement est prévu à l’été 2022, sont : « Faites payer les riches pour le changement climatique » et « Nous ne payerons pas votre crise ! ». Comme l’initiative pour un fonds pour le climat, elle appelle à des investissements verts, mais veut les payer avec l’argent de l’ impôt sur les successions.

Avec cette initiative, la direction de la JS prétend briser la logique du profit et montrer « à quoi peut ressembler une politique climatique sérieusement anticapitaliste ». Cette prétention est très correcte. Mais l’initiative est tout aussi loin de satisfaire cette prétention : on ne peut briser la logique du profit si les rapports de propriété capitalistes ne sont pas touchés. Le projet d’initiative s’inscrit tout aussi fermement dans le réformisme au sein du capitalisme que celui du parti-mère. La question cruciale est simplement ignorée : qui possède et contrôle les grandes entreprises qui font tous les investissements selon leurs critères de profit ?

Il n’y a qu’une seule solution pour faire les gigantesques investissements nécessaires : exproprier les banques et les grandes entreprises et les nationaliser sous le contrôle des travailleurs. Puisque les capitalistes possèdent à titre privé les leviers les plus importants de l’économie, ils prennent toutes les décisions qui affectent réellement le climat. Transférer les moyens de production de la propriété privée des capitalistes à la propriété collective de la société est la condition préalable nécessaire pour résoudre la question climatique. Et ce n’est rien d’autre qu’une révolution socialiste à l’échelle mondiale. Seule une économie planifiée coordonnée à l’échelle mondiale peut mobiliser les ressources nécessaires pour atténuer les effets du changement climatique.

Toute politique sur le changement climatique doit être jugée selon qu’elle sensibilise ou non la classe ouvrière à la nécessité de ces mesures. Aucune des initiatives ci-dessus ne fait cela. Toutes, premièrement, restent complètement dans le cadre du marché capitaliste et de ses profits. Deuxièmement, ils s’appuient sur l’État bourgeois pour les mettre en œuvre, au lieu de s’appuyer sur le pouvoir de la classe ouvrière mobilisée. Cela ne signifie pas que nous devrions voter contre ces initiatives. Cependant, cela signifie qu’aucune d’entre elles n’est d’aucune utilité dans la lutte contre le changement climatique. Nous avons besoin d’un autre moyen.

Réforme ou révolution : quelle voie est réaliste quand le temps presse ?

Dès l’émergence du mouvement climatique fin 2018, nous, marxistes, avons insisté sur un point fondamental : les grèves étudiantes sont un premier pas important, mais seule la classe ouvrière unie peut résoudre la crise climatique. Eux seuls peuvent arracher l’industrie et les banques des mains des capitalistes et les placer sous le contrôle conscient et démocratique du peuple. En raison de sa position dans les rapports de classe capitalistes, c’est la seule force qui peut lutter contre les intérêts du profit capitaliste. Elle seule fait fonctionner ce système et a aussi le pouvoir de le renverser. Toutes les questions stratégiques n’ont pas été clarifiées avec cela. Mais si nous ne prenons pas ce fait comme un point de départ incontournable pour chaque action que nous faisons, nous n’irons strictement nulle part.

Le mouvement climatique a appris de sa propre expérience qu’il faut finalement plus que des grèves étudiantes. Certains en ont tiré la conclusion que le mouvement climatique doit s’élargir afin d’atteindre de plus grandes masses. D’autres concluent que le mouvement climatique doit se radicaliser pour atteindre ses objectifs. Les deux positions semblent s’exclure mutuellement : si vous voulez atteindre une masse plus large, vous devez unir tous les différents intérêts de la société. Si vous êtes radical, vous ne pouvez pas atteindre les masses plus larges, mais vous ne pouvez faire pression sur la « politique » qu’à travers des mesures aussi sensationnelles que possible.

Mais en vérité c’est une fausse opposition. Les deux ne sont que les deux faces d’une même médaille : ni l’un ni l’autre ne reconnaît que la classe ouvrière peut et doit être gagnée à un programme socialiste révolutionnaire ! Beaucoup pourraient être d’accord avec la nécessité d’une révolution dans l’abstrait, mais pensent qu’elle est impossible dans les prochaines décennies. Mais nous devons comprendre les lois selon lesquelles la classe ouvrière se développe et comment sa conscience change. C’est pourquoi la théorie marxiste et l’étude de l’histoire du mouvement ouvrier sont si importantes ! Quiconque ne comprend pas cela sera obligé de chercher des voies soi-disant plus rapides qui semblent possibles ici et maintenant – et se perdra soit dans des efforts de réforme impossibles au sein des institutions capitalistes, soit dans des actions pseudo-radicales qui n’auront aucun effet en dehors de burnouts de la part des militants. Dans les deux cas, on se retrouve à nouveau avec différentes nuances de réformisme. Parce que la seule force qui reste pour amener le changement est l’État bourgeois.

C’est une énorme erreur de croire qu’il s’agit la du moyen le plus rapide. En vérité, ce n’est pas du tout une voie à suivre, c’est une impasse. Et chaque seconde que nous passons à descendre dans cette impasse au lieu de travailler au renversement révolutionnaire du capitalisme est une seconde perdue.

Les méthodes de la lutte de classe révolutionnaire

La vérité est que le mouvement doit devenir plus radical et plus large. Cela n’est possible que d’une seule manière : avec un programme qui se base de manière conséquente sur les méthodes de la lutte de classe prolétarienne.

Nous avons besoin de politiques visant l’unité de toute la classe ouvrière. C’est une unité très large. Différentes sections de la classe ouvrière ont aujourd’hui des idées différentes et votent pour différents partis. Mais l’ensemble de la classe ouvrière – donc l’écrasante majorité de la population – a objectivement le même intérêt : elle a intérêt à de bonnes conditions de vie et, bien sûr, à un écosystème qui fonctionne, sans que cela n’affecte pas son propre niveau de vie. Elle n’a aucun intérêt au profit et donc aucun intérêt à s’accrocher à ce système capitaliste si celui-ci n’est plus en mesure de nous offrir une bonne vie. Par conséquent, la classe ouvrière peut être gagnée – par un travail patient – à un programme commun.

Les capitalistes se situent de l’autre côté de l’antagonisme de classe. Leurs intérêts les plus élémentaires sont diamétralement opposés à ceux de la classe ouvrière : ils doivent subordonner les humains et l’environnement à la poursuite aveugle du profit. La lutte pour le climat et pour de meilleures conditions de vie n’est possible que contre eux. On ne peut pas les convaincre par la raison. Cela signifie : l’unité des masses de la classe ouvrière n’est possible que sur la base d’un programme socialiste qui trace une ligne nette et radicale de démarcation avec les capitalistes et leur système. La question climatique ne peut être qu’un aspect d’un tel programme. À chaque point et sur chaque question, nous devons être capables de montrer à la classe ouvrière que notre lutte ne sera victorieuse que si la classe ouvrière elle-même prend le pouvoir et construit une nouvelle société basée sur une économie socialiste, dans laquelle le peuple peut vivre en harmonie avec son environnement.

Cela ne signifie pas que rien ne peut être fait pour lutter contre le changement climatique jusqu’à la révolution socialiste au sein du capitalisme. Mais l’histoire montre que les réformes sont avant tout un sous-produit de la lutte de classe révolutionnaire. C’est une erreur de penser que la réforme est réaliste lorsque les organisations ouvrières adoptent une voie plus modérée afin de gagner les capitalistes. C’est exactement le contraire qui est vrai ! Plus le mouvement sera fort et révolutionnaire, plus les réformes seront concédées par la classe dirigeante, qui subira des pressions pour perdre tout son système. Mais aucun acquis ne sera jamais certain tant que les capitalistes resteront au pouvoir. Nous devons aller jusqu’au bout : jusqu’au renversement définitif du capitalisme et l’édification du socialisme à l’échelle mondiale !

Masses et direction révolutionnaire

Comprendre que nous avons besoin d’une révolution est la première étape nécessaire. Comprendre que seule la classe ouvrière peut faire une révolution est la seconde. Mais une troisième est nécessaire : nous devons comprendre comment la conscience de la classe ouvrière évolue. Seulement de cette dernière étape émerge le rôle que nous, militants révolutionnaires, pouvons et devons jouer dans ce processus.

Il y a deux idées fausses courantes et très graves parmi les militants : l’une est de croire que la classe ouvrière est stupide et que c’est de sa faute si le monde ne change pas pour le mieux. Aucune attitude plus erronée et plus  répugnante que celle-là ! L’autre est de croire que la conscience de la classe ouvrière est comme une page blanche sur laquelle écrire. Il s’agirait de « faire prendre conscience » de la nécessité du changement presque à partir de rien – que ce soit en allant de porte en porte ou d’entreprise en entreprise ou par le sensationnalisme dans les médias.

Les deux comprennent fondamentalement mal comment la conscience de la classe ouvrière évolue. Les humains ne vivent pas dans le vide. Ils vivent dans des conditions capitalistes qui façonnent notre conscience. Cette conscience est une force conservatrice et inerte. Les gens essaient de s’accrocher aux vieilles idées aussi longtemps qu’ils le peuvent. Ce sont les problèmes et les contradictions du capitalisme lui-même qui conduisent tôt ou tard les travailleurs à remettre en question le capitalisme et ses idées dominantes et à chercher des alternatives. Sous les coups de marteau des événements majeurs et les expériences de la crise capitaliste, de plus en plus de gens perdent confiance dans les entreprises et leurs gouvernements.

Le capitalisme est maintenant dans la phase de son déclin. Il ne nous offre plus d’avenir, seulement plus de guerres et de misère. Ce sont les conditions dans lesquelles des millions de personnes luttent pour le changement. Nous n’avons qu’à ouvrir les yeux ! Le monde entier est en ébullition ! Ces dernières années, nous avons assisté à d’innombrables soulèvements de masse révolutionnaires dans le monde, le plus récemment au Kazakhstan en janvier. Nous avons expliqué dans de nombreux autres endroits que nous observons exactement les mêmes tendances en Suisse.

Ce que tous ces mouvements nous montrent, c’est que le ressentiment refoulé sur le manque de perspectives d’avenir et les attaques contre notre niveau de vie se transformeront à un moment donné en mouvements sociaux. Sur ces points, la volonté des masses de lutter pour le changement ne manque pas. Tous ces mouvements révolutionnaires des dernières années ont échoué pour une raison : parce qu’ils n’avaient pas de direction révolutionnaire qui pourrait montrer ce qui devrait remplacer les gouvernements si détestés. Si tu ne vois pas ce point, nous t’invitons à étudier avec nous les expériences de ces mouvements révolutionnaires. Nous sommes convaincus que cette conclusion est inévitable. Et cela devrait déterminer notre stratégie : si la direction révolutionnaire est l’élément manquant dans l’équation, alors notre tâche est de construire cette direction !

Construire une organisation de cadres marxistes

L’insatisfaction face au manque de perspectives d’avenir s’accumule parmi la classe ouvrière et les jeunes – en Suisse comme dans tous les autres pays. Mais en fait, la classe ouvrière aujourd’hui n’a pas de voix pour exprimer ses intérêts et indiquer une voie par laquelle nous pouvons entreprendre la lutte contre la crise capitaliste. Les organisations de masse traditionnelles de la classe ouvrière – comme le PS ou Unia – ainsi que le mouvement climatique sont façonnés par des idées réformistes.

Mais toute illusion dans les gouvernements capitalistes ou dans la réformabilité de ce système ne mène qu’à une impasse. Nous sommes face à un choix : le socialisme ou la destruction presque certaine de l’humanité. Il n’y a pas de voie médiane. Le mouvement ouvrier doit être armé des bonnes idées le plus rapidement possible. Ce dont la classe ouvrière a besoin, c’est d’une organisation révolutionnaire de masse avec une direction marxiste.

C’est maintenant notre tâche urgente de construire l’embryon d’une telle direction marxiste des masses. Si nous sommes sérieux avec l’idée de véritablement lutter contre le changement climatique et tous les maux de ce monde capitaliste, alors nous devons nous organiser et étudier les idées marxistes et l’histoire du mouvement ouvrier. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons former un noyau solide de cadres marxistes et nous préparer à apporter ces idées et ces leçons à un public beaucoup plus large dans un avenir proche. Les couches les plus militantes de la classe ouvrière et de la jeunesse rejoindront les forces révolutionnaires organisées dans la mesure où elles pourront montrer une réelle voie à suivre dans la lutte des classes.

Cela demande de la patience et un travail sérieux et ciblé. Mais il n’y a pas d’autre voie et les conditions n’ont jamais été aussi bonnes ! Toute une génération voit de plus en plus clairement que le capitalisme ne nous offre plus d’avenir. Nous ne pouvons pas perdre de temps ! Rejoins aujourd’hui la lutte pour le socialisme de notre vivant. Avec ton aide, demain nous serons beaucoup plus nombreux !

Print Friendly, PDF & Email