L’assemblée des délégués (AD) de la JS du 6 juin sera importante. Nous, les jeunes socialistes, déciderons comment notre parti fera face à la pire crise du capitalisme suisse. La question est: réformisme ou révolution?

Pour nous, jeunes socialistes, il y a une alerte rouge! Les jeunes sont déjà brutalement attaqués par les capitalistes. En avril déjà, le chômage des jeunes avait augmenté de 71%! Mais ce n’est que le début. Une vague de licenciements et la menace du chômage: telle est la perspective pour les salariés suisses.

La recherche d’une réponse à cette situation a conduit à un nombre record de membres de la JS qui s’est inscrit à l’Assemblée des délégués (AD). Allons-nous, en tant que JS, réussir à répondre aux questions brûlantes actuelles? Dans la résolution « Pour une politique socialiste conséquente! », le courant marxiste l’étincelle souligne ce que doit signifier une politique socialiste conséquente aujourd’hui.

Comment lutter?

Le comité directeur (CD) transmet un message clair dans ses documents. La pandémie du Corona et la crise économique sont toutes deux clairement identifiées comme des crises capitalistes. La conséquence correcte est: « En aucun cas les coûts de la crise ne doivent être répercutés sur les 99%. » Cela fait de la JS le seul parti national qui s’oppose clairement aux politiques de crise des capitalistes et à leur représentation politique au parlement.

La question cruciale est la suivante: qui peut empêcher les salariés et les jeunes de devoir payer pour la crise? Est-ce que l’État doit le faire?

Ici aussi, le CD affirme à juste titre que l’État « considère toujours le capital en premier ». Cela est apparu clairement à plusieurs reprises lors de la crise du Corona. Par exemple, lorsque le Conseil fédéral a autorisé la poursuite d’une production non-existentielle pendant la pandémie, continuant ainsi à exposer des centaines de milliers de personnes au virus. Ou encore le plan de sauvetage qui a garanti aux banques et aux entreprises au moins 40 milliards, tout en ne laissant que des miettes aux travailleurs. Il est également clair que les salariés devront payer pour cela pendant des années à travers des mesures d’austérité.

La conclusion que nous, jeunes socialistes, devons en tirer est la suivante: aucune confiance dans l’État bourgeois! Le CD manque de cette clarté. Par exemple, elle propose que l’État contrôle le marché financier. C’est donc exactement cet État qui, une fois de plus, a pris position en faveur des banques! Le CD continue de demander à cet État d’investir dans l’infrastructure. Nous avons bien sûr besoin d’investissements urgents pour l’environnement et les secteurs des soins et de la santé. Mais la politique de la direction de la JS se contente chaque fois d’appels à l’État. Et ne propose rien à la classe ouvrière et aux jeunes pour qu’ils deviennent eux-mêmes actifs. Nous ne pouvons pas compter sur cet État. C’est précisément lui qui, depuis des décennies, applique sans relâche des mesures d’austérité dans ces mêmes domaines!

Le CD formule d’autres revendications, correctes en premier lieu, par exemple la garantie nationale de l’emploi. Mais le CD ne montre pas comment ces revendications doivent être réalisées. Aucune de ces revendications ne nous sera donnée par l’État – surtout pas dans une crise économique profonde. La seule façon d’obtenir des améliorations aujourd’hui est une politique combative: dans les entreprises, les écoles, dans la rue et au Parlement.

Nous, les révolutionnaires, ne disons pas que nous ne devons pas apporter d’améliorations en temps de crise. Nous disons que les réformes ne peuvent être obtenues que si nous forçons les capitalistes et l’État bourgeois à le faire par la force unie de la classe ouvrière. Cela est possible parce que la classe ouvrière est la force sociale la plus forte. Notre classe représente l’écrasante majorité de la société. Le Corona a prouvé que notre classe crée toute la richesse sociale en produisant, servant, soignant et éduquant. Lorsque notre classe est unie contre les capitalistes, avec des grèves et des mobilisations de masse, elle peut les obliger à faire de grandes concessions. Elle peut faire bien plus! Elle peut vaincre le capitalisme.

C’est ce que signifie une politique socialiste conséquente: faire prendre conscience à la classe ouvrière de sa propre force.

Des réponses socialistes conséquentes!

Chers camarades de la JS, chers délégués, seulement si nous comprenons le caractère de la période actuelle, nous comprendrons à quel point il est urgent de vaincre le capitalisme! Dans les semaines et les mois à venir, des milliers de jeunes vont se demander pourquoi leurs perspectives d’avenir se détériorent. Pourquoi, en Suisse aussi, le système n’a rien à leur offrir. La tâche de la JS est de leur montrer une manière cohérente de se défendre contre la crise du capitalisme. Si nous voulons gagner des milliers de jeunes à cette lutte, nous devons être capables de leur montrer une voie pour sortir de l’impasse du capitalisme. Seul un programme socialiste conséquent peut y parvenir.

Si la JS offre des réponses contradictoires à ces jeunes, ils se détourneront de la JS. Nous ne devons en aucun cas confondre ces jeunes qui se politisent en déclarant d’abord que l’État est du côté du capital, pour ensuite placer la responsabilité de nos préoccupations entre les mains de l’État. Nous devons leur dire: « Vous ne pouvez avoir confiance qu’en vous ! Rejoignez la JS! Défendez avec nous un programme révolutionnaire! Organisez vos collègues et les étudiants avec ces idées ».

La seule façon réaliste de nous défendre

La JS doit porter exactement cette position dans le PS. Le PS est le seul parti national de masse de gauche et a des liens avec les syndicats. Elle aurait la tâche (et la possibilité) de mener les salariés en Suisse dans la lutte contre les capitalistes. Mais il y a peu de signes de ce genre pour le moment.

Depuis le début de la crise, la direction du PS a soutenu la politique de crise du Conseil fédéral. Les mesures sanitaires ont été soutenues sans critique. Le plan de sauvetage des banques et des entreprises est également félicité et soutenu dans ses piliers fondamentaux. Au Parlement, le PS ne critique que les questions secondaires. Nous devons parler clairement: les politiques socialistes ne sauvent ni les banques ni les compagnies aériennes. La politique de gauche exproprie les banques et place les compagnies aériennes sous le contrôle des employés qui, grâce aux ressources des banques, peuvent enfin transformer la compagnie aérienne en un système de transport rationnel, planifié et durable. La politique socialiste ne subventionne pas les multinationales avec du chômage partiel, elle construit une résistance contre cette classe impitoyable et cupide d’exploiteurs responsables de la crise avec les employés et les licenciés! Nos idées doivent leur montrer que notre force réside dans notre unité, notre organisation collective et notre indépendance politique.

L’intégration du PS au gouvernement et à l’État signifie qu’il est entièrement limité aux miettes parlementaires, qui, de plus, ont été largement écrasées ou coupées par la bourgeoisie sans la pression de la classe ouvrière. Alors que nous sommes confrontés à la crise la plus profonde du capitalisme, la politique de la direction du PS ne vise pas à vaincre enfin le capitalisme, mais fait tout son possible pour le sauver!

Cependant, il n’y a qu’un sauvetage du capitalisme au détriment des salariés. Alors que le conseiller fédéral Berset fait le sale boulot pour les capitalistes, la direction du PS évite avec empressement de mobiliser la classe ouvrière pour se battre!

Les résolutions du CD pour l’AD n’appellent pas (!) à une politique militante de la part du PS. C’est une erreur grave. La JS, en tant qu’aile gauche du PS, a pour tâche de critiquer cette politique et de lutter avec tous les membres du parti de gauche pour un changement de direction radical et une politique socialiste cohérente.

Il en va de même pour le rôle de la JS concernant le duo de candidats à la présidence, Meyer/Wermuth. La crise historique change la situation politique. Nous devons exiger de ces candidats des politiques socialistes conséquentes, en particulier durant la crise. Les attaques extrêmes qui sont actuellement menées contre les salariés et les jeunes signifient pour nous, jeunes socialistes, que nous devons défendre le socialisme avec plus de courage et de cohérence aujourd’hui!

La jeunesse suisse en particulier a besoin aujourd’hui d’un programme révolutionnaire. C’est la seule façon réaliste de se défendre contre les attaques à venir. Nous appelons tous les jeunes socialistes à soutenir le courant marxiste l’étincelle dans la défense des positions révolutionnaires dont la JS a urgemment besoin!

Print Friendly, PDF & Email