De plus en plus souvent, la prostitution est qualifiée positivement de « travail du sexe » – également par la gauche. Mais la réalité des prostituées est marquée par la violence et le manque d’alternatives. Comment lutter durablement contre la prostitution sans nuire aux prostituées elles-mêmes ?

Le fait que la prostitution soit l’expression la plus brutale de l’oppression des femmes et que sa base sociale doive être combattue est devenu une évidence pour la gauche et les partis ouvriers. Aujourd’hui, de plus en plus de théoriciens, de cercles académiques et aussi d’organisations de gauche ont commencé à réévaluer positivement la prostitution sous le terme de « travail du sexe ».

Un travail comme les autres ?

Selon cette revalorisation, la prostitution serait « un métier comme un autre », voire un acte émancipateur et progressiste. Ceux qui critiquent l’industrie de la prostitution patronneraient les prostituées et les forceraient à jouer un rôle de victime, seraient pudiques ou conservateurs. Mais les « prostituées » qui sont invitées dans les talk-shows pour défendre ces points de vue sont des femmes qui sont nées dans de pays capitalistes riches, gagnent plus de dix fois plus que la moyenne des prostituées et sont pour la plupart elles-mêmes des proxénètes.

L’année dernière, par exemple, le centre culturel zurichois Kosmos a organisé un événement durant lequel les prostituées devaient s’exprimer. Une ancienne prostituée s’est exprimée dans le public après l’événement officiel : « Je n’ai jamais ressenti mon travail comme un travail. C’était toujours, sans exception, un viol payé, un abus payé ». La réponse de la gérante de la maison close invitée par Kosmos en tant que « travailleuse du sexe » : la femme parlait « d’une attitude de victime aiguë » et « si quelqu’un est une victime comme vous, cela attirera probablement aussi des agresseurs ».

La réalité des prostituées

Quelle est la réalité des prostituées derrière les images romancées des films et des séries et derrière les discours « féministes » enflammés de cette réévaluation ? Comme l’explique Friedrich Engels dans « L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’État », la prostitution est apparue historiquement en même temps que la soumission des femmes. Elle est l’antithèse nécessaire de la famille nucléaire monogame et du maintien de la liberté sexuelle en faveur des hommes et au détriment des femmes. C’est le visage le plus brutal de l’asservissement des femmes et de la domination de leur corps et de leur sexualité par des tiers. La prostitution est un phénomène qui est né de l’émergence des sociétés de classes. Elle a un caractère esclavagiste, car les prostituées vendent leur corps, et non leur force de travail, comme le font les salariés ordinaires dans le cadre du capitalisme.

L’Allemagne et la Suisse sont des pôles centraux du commerce de la prostitution et de la traite des êtres humains. 95 % des prostituées qui travaillent en Suisse sont des migrants, principalement originaires de Roumanie (dont beaucoup de femmes roms), de Bulgarie et de Hongrie. Beaucoup sont des victimes directes de la traite des êtres humains. Selon l’Inspection de la police de Berne, 30 à 50 % d’entre ellessont soumises à une « contrainte évidente ». Les autres 50 à 70 % sont piégées dans des réseaux familiaux et patriarcaux de chantage et de dépendance. Beaucoup d’entre elles sont victimes de la traite des êtres humains par leur propre petit ami et ont des enfants en Europe de l’Est qui dépendent directement des proxénètes et de leur famille. Presque toutes les autres ont été poussées à la prostitution par la pauvreté et le manque d’alternatives. Selon une étude internationale dirigée par Melissa Farley, 89 % de toutes les prostituées disent ouvertement qu’elles veulent s’en sortir mais qu’elles n’ont pas d’autre moyen de survie.

Rien qu’en Allemagne (qui est comparable à la Suisse en termes de prostitution), 75% des prostituées sont affectées par le manque de logement, 71% ont été menacées physiquement dans le cadre de la prostitution, 63% ont été violées, 50% l’ont été plus de cinq fois. La grande majorité des prostituées doivent prendre des drogues pour supporter leur « métier comme les autres ». 68 % des personnes interrogées répondent aux critères du SSPT (syndrome de stress post-traumatique). La conclusion de l’étude : « Nos résultats contredisent les mythes courants sur la prostitution : […] que la majorité des prostituées le font de leur plein gré, […] que la prostitution est qualitativement différente de la traite des êtres humains et que la légalisation ou la décriminalisation de la prostitution réduirait sa nuisibilité ».

Combattons les profiteurs – protégeons les prostituées !

Pour nous, marxistes, la prostitution est tout sauf progressiste. Aucune prostituée n’est aidée si la prostitution est normalisée, occultée ou même dotée d’un caractère émancipateur sous le nom de « travail du sexe ». La réévaluation ne change pas les conditions ou la position sociale des prostituées.

Nous nous battons pour l’abolition de la prostitution, mais en aucun cas contre les prostituées – elles ont toute notre solidarité ! La lutte pour une société sans prostitution doit aller de pair avec la lutte pour la protection et la déstigmatisation des prostituées. Même si la prostitution est née dans d’anciennes sociétés de classe, elle est un élément central de la société de classe capitaliste d’aujourd’hui. C’est une expression nécessaire de la soumission, de l’objectivation et de la sexualisation des femmes qui sont maintenues et alimentées par le capitalisme. Les propriétaires de maisons closes, les proxénètes et les capitalistes associés tels que les hôtels, les bars, les clubs, etc. engrangent d’énormes bénéfices. L’État bourgeois – notamment en Suisse – protège le business de la prostitution et les réseaux de traite qui y sont liés. Les politiciens, les procureurs et les diplomates sont des clients réguliers. Ils ont tous intérêt à soutenir et à financer le révisionnisme susmentionné du « travail du sexe » tout en se présentant comme particulièrement libéraux, féministes et « empowering ».

Nous nous opposons fermement à cette hypocrisie et au romantisme de l’oppression et de la traite. Notre combat doit être triple : Premièrement, nous nous battons pour la décriminalisation et la déstigmatisation des prostituées. Nous luttons pour des points de contact à bas seuil pour toutes les prostituées, pour des services médicaux et psychologiques pour toutes les personnes, gratuits et sans bureaucratie, payés par les capitalistes et les profiteurs. Pour l’extension des centres d’accueil et de prévention pour les femmes. Pour des possibilités de sortie à bas seuil et durables. Pour un logement social, un travail décent et un droit inconditionnel au séjour pour tous. Nous soutenons les prostituées dans toutes les luttes menées par les prostituées elles-mêmes.

Deuxièmement, nous demandons que tous les profiteurs, exploiteurs, propriétaires de maisons closes, proxénètes, de la traite des êtres humains soient punis. Mais nous ne nous faisons pas d’illusions sur le « modèle nordique » : punir uniquement les clients ne résout aucun problème – nous devons lutter contre les conditions matérielles qui font de la prostitution une nécessité. Ce n’est que lorsque toutes les personnes concernées auront le droit de rester, un logement abordable et un emploi décent, que toutes les contraintes matérielles seront surmontées, que la prostitution disparaîtra. Ce n’est qu’en surmontant l’oppression des femmes, le contrôle de notre corps et de notre sexualité par des tiers, que la prostitution pourra être définitivement éradiquée.

Troisièmement, nous luttons dans le mouvement ouvrier et ses organisations contre le sexisme et contre le recours à la prostitution. Il y a un besoin d’éducation dans les rangs du mouvement syndical. Il doit être clair que la prostitution est une expression de l’oppression des femmes. Mais surtout, cela nécessite aussi de lutter contre la réévaluation positive de la prostitution avec une compréhension marxiste.

Mais toutes ces demandes d’améliorations immédiates pour les prostituées et tous les opprimés se heurtent aux limites du système, car elles s’opposent toutes à la logique capitaliste du profit. Pour mettre en œuvre ces revendications et détruire la base sociale de la prostitution, nous devons surmonter la société de classe en tant que telle et renverser le capitalisme.

Vita R., JS Genève

« 68 % des prostituées interrogées répondent aux critères du syndrome de stress post-traumatique. »

« Aucune prostituée n’est aidée si la prostitution est occultée sous le nom de « travail du sexe ». »

Print Friendly, PDF & Email