Le groupe chinois de fast-fashion Shein est devenu l’une des entreprises de mode les plus prospères au monde. Derrière la façade stylée : des conditions de travail misérables et une pollution environnementale. Que pouvons-nous faire contre cela ? 

Qui n’a jamais vécu ça ? Pendant les différentes périodes du Covid, on ne peut pas vraiment sortir, alors on reste allongé, déprimé, et on chille sur les réseaux sociaux. Sur Instagram, on voit des publicités après trois stories et le plus souvent pour les boutiques en ligne. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, on atterrit sur le site de Shein, qui propose des vêtements incroyablement stylés à des prix incroyablement bas. Le marketing et la structure de Shein sont si bien conçus que l’on ne remarque même pas que des heures s’écoulent pendant la chasse aux bonnes affaires, à l’exception du mal de tête insidieux. 

Shein est la boutique de mode en ligne la plus visitée au monde. En Suisse, l’application Shein occupe la septième place parmi les applications gratuites. Au cours de la première année du Covid, les ventes de l’entreprise de mode ont quadruplé pour atteindre 8,21 milliards d’euros. Le géant chinois a entre-temps dépassé des marques connues comme Nike, H&M et Zara. Chaque jour, des milliers de nouveaux designs arrivent dans la boutique. Grâce à des stratégies de marketing ciblées comme des algorithmes crus, des publicités personnalisées, des influenceurs et une pluie de codes de réduction, ils atteignent ainsi avec succès leur public cible « les femmes et les jeunes ».

Y compris l’exploitation

Mais le monde scintillant de Shein, qui célèbre toujours une « inclusion » radieuse dans ses vidéos publicitaires, a bien sûr un terrible revers. L’ONG Public Eye a rédigé, en collaboration avec une organisation chinoise, un rapport sur les ateliers secrets de Shein. Dans la ville multimillionnaire de Guangzhou, ils ont pu localiser dans le « Shein Village » 17 petits ateliers employant chacun 200 travailleurs. La conclusion du rapport est macabre, mais tout à fait normale pour la fast-fashion. Aucune mesure de sécurité dans les ateliers, des journées de travail de 12 à 14 heures illégales, même en Chine. Tous les travailleurs sont des migrants, ils viennent des provinces et ne sont en ville que pour une courte période. Ils se sont toutefois montrés relativement satisfaits de leurs conditions de travail. Car dans les provinces, la misère règne et les salaires sont encore plus misérables. Des entreprises comme Shein profitent sans vergogne de ces circonstances. De plus, les ouvriers sont payés à la pièce. Cela signifie que l’incitation à travailler est grande. Ils peuvent ainsi gagner beaucoup d’argent par rapport à leur situation. Cela ne justifie toutefois pas Shein. Le salaire à la pièce est l’une des plus anciennes astuces des capitalistes pour inciter les travailleurs à travailler le plus possible et le plus longtemps possible sur une base « volontaire », comme Marx l’avait déjà étudié dans Le Capital

Les péchés de la jeunesse

Les médias libéraux se plaignent de la jeunesse « ignorante » qui consomme de la fast-fashion malgré des conditions de travail proches de l’esclavage et la pollution de l’environnement. Ils prétendent que leur comportement de consommateur est responsable de la destruction de la planète et de la misère de la classe ouvrière chinoise. Mais cette représentation est fausse et mensongère. Car ce sont ces mêmes médias qui défendent le capitalisme et maintiennent ainsi, avec les capitalistes, l’exploitation et la pollution de l’environnement. 

La fast-fashion n’est pas simplement un problème de jeunes. Il est généralisé. Il témoigne d’une société profondément malade. La pandémie et la crise économique pèsent sur les gens, en particulier sur les jeunes. Il est impossible de trouver une issue à la crise. Les réseaux sociaux, Netflix et la fast-fashion offrent une distraction. La possibilité de paraître éblouissant malgré le manque de ressources redonne le sentiment d’une bonne vie, d’un statut et d’une importance. 

« Il faudrait réduire la consommation » disent les libéraux « de gauche ». Mais le capitalisme est un système basé sur la production de marchandises. La revendication de moins de consommation est donc trompeuse. C’est justement en période de crise que la lutte pour le profit que génère la production de marchandises est particulièrement brutale. Les revenus des travailleurs et des jeunes baissent. Mais les revendications sociales et sociétales se durcissent. Le marketing des entreprises s’améliore, devient encore plus personnalisé. Selon les estimations, les dépenses mondiales pour la seule publicité vidéo en ligne s’élèvent actuellement à 62 milliards de dollars. D’ici 2024, on estime qu’elles atteindront 91 milliards. Tout est fait pour que les produits bon marché trouvent leur chemin vers les consommateurs à petit budget. Le fait que des entreprises comme Shein crèvent le plafond dans les circonstances actuelles n’est donc pas une surprise. Elle découle de la profonde crise sociale que nous vivons aujourd’hui. Les grands stratèges de Shein exploitent la situation difficile des travailleurs et des jeunes et en tirent profit. Condamner les jeunes et exiger moins de consommation ne résout aucun de ces problèmes profonds. 

Pas de sacrifice

La clé pour changer les conditions de travail en Chine, c’est la classe ouvrière chinoise. Les ONG libérales présentent les travailleurs chinois comme des victimes impuissantes de l’État autoritaire chinois. Il s’agit d’une image erronée. La classe ouvrière chinoise est gigantesque et compte plus de 900 millions de personnes. En raison du rôle de la Chine sur le marché mondial, elle a une position particulière. Quand la classe ouvrière chinoise le veut, le monde entier s’arrête. La crise actuelle ronge également la Chine et met de plus en plus les travailleurs en difficulté. Depuis 2011, plus de 13 000 grèves importantes ont eu lieu et la tendance est à la hausse. Des campagnes en ligne menées par des jeunes, comme le mouvement « Lie Flat », et les événements de Hong Kong en 2019 expriment la radicalisation croissante. L’équilibre social se rompt de plus en plus. Cela explique aussi la répression violente de l’État chinois, qui ne fait que témoigner de sa faiblesse et de sa peur légitime des masses. 

Seule la classe ouvrière chinoise peut changer sa situation par sa lutte contre les capitalistes et leur État. Pour cela, elle a besoin d’une organisation révolutionnaire qui l’aide à mener cette lutte. C’est la tâche que s’est fixée la Tendance Marxiste Internationale. En Chine, comme en Suisse et dans plus de 30 autres pays. 

Le boycott est-il utile ?

En insistant sur la nécessité de construire une organisation révolutionnaire, nous n’avons cependant pas encore répondu à la question de savoir comment nous pouvons soutenir la lutte des travailleurs chinois depuis l’Europe. La lutte de la classe ouvrière sud-africaine contre le régime de l’apartheid dans les années 70 nous éclaire sur ce point. En 1985, le gigantesque mouvement ouvrier et la menace de révolution en Afrique du Sud ont fait tomber l’apartheid. La classe ouvrière européenne a soutenu la lutte de ses collègues sud-africains par des actions de solidarité, dont le boycott organisé par les travailleurs et les syndicats. Les employés des magasins de Dublin, par exemple, ont refusé de vendre des fruits d’Afrique du Sud et se sont mis en grève. Suite à ces grèves, le gouvernement irlandais a été contraint de suspendre les importations en provenance de l’Afrique du Sud de l’apartheid. Mais la jeunesse a également joué un grand rôle. Le mouvement étudiant britannique a réussi à convaincre la Barclay Bank de se retirer d’Afrique du Sud. Ces luttes solidaires des travailleurs européens montrent qu’un boycott à grande échelle, organisé collectivement par les travailleurs, peut effectivement exercer une pression supplémentaire sur un autre régime. Les travailleurs européens n’ont cependant pu que compléter les luttes simultanées de la classe ouvrière sud-africaine. La véritable lutte s’est déroulée dans les ateliers et dans les rues d’Afrique du Sud. 

L’exemple de l’Afrique du Sud nous montre qu’il y a une différence entre les actions d’individus isolés et les actions de la classe ouvrière organisée. Les actions d’individus isolés restent sans effet, elles s’évanouissent. Mais la lutte commune de la classe ouvrière est puissante et peut exercer une pression. Seuls, avec notre comportement de consommateurs, nous ne pouvons pas obtenir les mêmes résultats que les employés des magasins de Dublin. Mais en Irlande, ils n’auraient pas non plus pu renverser le régime d’apartheid. Seuls les travailleurs sud-africains ont pu le faire. Nous devons nous servir de ces leçons si nous voulons nous opposer à la fast-fashion, à Shein et aux conditions de travail chinoises. Nous ne devons pas perdre de temps à accuser des apprenties de 16 ans. Nous devons plutôt organiser ces jeunes, les former aux expériences des mouvements ouvriers et construire avec eux une organisation révolutionnaire capable de soutenir efficacement la classe ouvrière chinoise. 

S. Varela

JS de la ville de Berne

Print Friendly, PDF & Email