L’égalité juridique des couples homosexuels par le « mariage pour tous » est un pas en avant. Mais l’homophobie est profondément ancrée dans la société. La lutte pour la libération des LGBT est la lutte révolutionnaire pour une société socialiste.

La Pride de cette année est consacrée au référendum sur le « Mariage pour tous » (du 26 septembre). L’égalité juridique des couples homosexuels et bisexuels en Suisse est ainsi à portée de main. Il s’agit d’un pas en avant important et nous appelons tous les électeurs à voter « oui ».

Mais l’homophobie et la discrimination fondées sur l’orientation sexuelle persisteront même si les couples LGBT sont légalement autorisés à fonder une famille. Le vote n’attaque pas le fait que la situation financière de nombreux couples LGBT ne leur permet pas de fonder une famille car ils continuent d’être discriminés sur le marché du travail et du logement. Dans cet article, nous montrons comment la société de classe et l’homophobie sont liées et comment nous pouvons aller à la racine du problème.

Préjugés réactionnaires

Le contre-comité sur le mariage pour tous est animé par une trinité composée de l’UDF, l’UDC et le groupe du Centre (anciennement PDC + PBD). Il n’est pas surprenant que les chrétiens fondamentalistes jouent un rôle majeur. L’Église chrétienne a enseigné une morale sexuelle conservatrice, les relations patriarcales et l’homophobie pendant des centaines d’années. Beaucoup de gens ne sont plus particulièrement religieux, mais les préjugés réactionnaires selon lesquels les LGBT sont en quelque sorte pervers ou anormaux sont restés. Tout cet ensemble d’idées et de sentiments régressifs est maintenant mobilisé par les représentants les plus réactionnaires de la bourgeoisie contre le mouvement LGBT.

Les personnes LGBT sont discriminées parce qu’elles sortent du corset rigide des rôles de genre traditionnels de différentes manières. Ces rôles impliquent les notions de ce que sont les « vrais » hommes et femmes – exactement ce qui est dénié aux personnes LGBT. Ces rôles de genre ont un but : créer des femmes soumises, sans prétention et sexuellement conciliantes. Le résultat de ces normes de genre : les femmes travaillent plus, reçoivent moins de salaires, sont exposées au double fardeau du salaire et des tâches ménagères et sont souvent affectées par la violence sexuelle. Dans la société bourgeoise, les gens sont formés à intérioriser ces idéaux de masculinité et de féminité et à se soumettre aux règles correspondantes. Cela suscite le mépris pour ceux qui s’en écartent. Parce que l’homophobie, la bi- ou la transphobie sont le résultat de relations familiales et de genre patriarcales, la libération des personnes LGBT est étroitement liée à la libération des femmes. Et cela nécessite à son tour le renversement du capitalisme.

A qui profite l’homophobie ?

L’oppression des femmes est née avec les premières sociétés de classe et ne peut être dépassée qu’en dépassant les classes. En fin de compte, la base de tous les conflits et contradictions sociales est la pénurie matérielle. Une société qui peut fournir un bon emploi, un logement, une bonne santé et une éducation à tous n’aura pas à blâmer les « autres » avec haine et discrimination pour le fait qu’il n’y en ait pas assez pour tout le monde. Dans le capitalisme développé, cependant, cette pénurie est artificielle. Aujourd’hui, on pourrait facilement produire assez pour permettre une bonne vie pour tous.

Mais dans la société de classe capitaliste, quelques capitalistes s’approprient la majorité de la richesse sociale, tandis que la majorité ouvrière de la population doit lutter pour accéder souvent aux ressources les plus élémentaires. Les capitalistes alimentent ce conflit en utilisant et en attisant des attitudes discriminatoires telles que le sexisme, le racisme et l’homophobie afin de dresser différentes sections de la classe ouvrière et des opprimés les unes contre les autres et ainsi assurer leur pouvoir.

C’est pourquoi nous marxistes exigeons l’expropriation des capitalistes, des banques et des grandes entreprises afin que nous puissions utiliser les richesses de la société dans l’intérêt de la majorité. Si chacun pouvait avoir un moyen de subsistance sûr, un espace de vie garanti, etc., cela favoriserait l’indépendance et, par exemple, réduirait la violence domestique, ce profiterait particulièrement aux personnes LGBT. Ce n’est qu’en construisant une société socialiste que nous pourrons surmonter les racines matérielles des inégalités et les attitudes discriminatoires qui y sont associées. La lutte contre toute oppression est donc une lutte pour de meilleures conditions de vie matérielles, qui doit viser la révolution socialiste.

Contrairement à la classe dirigeante, la classe ouvrière ne profite pas de la division de la classe en différents groupes. Un travailleur blanc et hétéro connaît sans aucun doute moins d’oppression, mais l’oppression des autres – comme les personnes LGBT – n’améliore pas sa position. Au contraire : l’oppression supplémentaire de certaines couches de la classe ouvrière est un moyen d’augmenter la pression sur les conditions de vie de tous les exploités et affaiblit ainsi la position de chaque travailleur individuel. En fin de compte, seule la classe dirigeante en profite. Par conséquent, notre lutte pour la libération des LGBT doit être basée sur les méthodes de lutte de classe unie contre la classe capitaliste. Pour la révolution socialiste, nous avons besoin de l’unité de toute la classe ouvrière indépendamment du genre, de l’identité ou de la sexualité.

La révolution russe et la libération sexuelle

La tradition marxiste d’après Marx, Engels, Lénine et Trotski a toujours été au premier plan lorsqu’il s’agissait de lutter pour les droits des minorités opprimées et l’établissement de conditions sociales libérées et progressistes. La Révolution russe avait aboli d’un seul coup l’ancienne loi tsariste et ses paragraphes homophobes (mais aussi misogynes, antisémites, racistes). Les bolcheviks ont réaffirmé leur engagement en faveur de l’égalité juridique de tous les travailleurs, sans distinction de sexe, d’ethnie et de sexualité, avec le Code pénal de 1922, qui a également dépénalisé l’homosexualité.

L’Union soviétique a également promu les droits des femmes, par exemple en introduisant le droit de vote et le droit à l’avortement et au divorce. A titre de comparaison : la Suisse a dépénalisé l’homosexualité en 1942, mais uniquement pour les adultes de 20 ans et plus. La Suisse n’a introduit le suffrage féminin qu’en 1971 (et au niveau cantonal à Appenzell Rhodes-Intérieures seulement en 1991). Le fait que le consentement mutuel soit suffisant pour divorcer n’existe que depuis 2000. Il y a des décennies au cours desquelles rien ne se passe – et des semaines au cours desquelles des décennies entières se produisent, a déclaré Engels. Une de celles-ci était l’époque de la Révolution russe ! Dans un pays arriéré, la révolution socialiste a réalisé en très peu de temps ce que la société bourgeoise n’avait pas réalisé depuis des décennies. Qui a besoin de meilleures preuves de la nécessité de la révolution socialiste pour la libération de tous les opprimés ?

Ce n’est que lorsque le stalinisme a enterré les droits politiques des travailleurs, y compris la vieille garde des bolcheviks et l’esprit de la révolution, que l’homosexualité a de nouveau été criminalisée et que la famille hétérosexuelle traditionnelle a été rétablie en tant que pilier de la société en Union soviétique.

Lutte des classes et libération LGBT : un mariage pour la vie

Nous, communistes, sommes liés aux meilleures traditions du mouvement LGBT. Le premier défilé de la fierté, également connu sous le nom de Christopher Street Day, a eu lieu à New York en 1970 pour commémorer les émeutes de Stonewall. Les émeutes de Stonewall étaient une série de manifestations entourant le raid contre un bar gay de Christopher Street connu sous le nom de Stonewall. De telles rafles, c’est-à-dire des arrestations policières inopinées, étaient courantes dans les bars gays à l’époque. À partir de ce moment-là, le Christopher Street Day est devenu un jour où les personnes LGBT admettent ouvertement leur mode de vie et s’opposent à l’idée qu’elles étaient malades, immorales ou anormales. C’était une manifestation d’hommes et de femmes gays et lesbiennes pour la plupart de gauche, dont beaucoup étaient des travailleurs, contre la police, la droite conservatrice et l’église.

Le mouvement gay s’est développé lors d’une reprise de la lutte des classes. Des groupes tels que le Gay Liberation Front aux États-Unis et en Grande-Bretagne, le « Front d’action révolutionnaire homosexuelle » en France et en Belgique ou le Fronte Unitario Omosessuale Rivoluzionario Italiano (FUORI) ont été fondés. Ils représentaient un programme anticapitaliste et anti-impérialiste. Ils ont essayé de compléter la révolution socialiste par une révolution sexuelle. En Suisse, les groupes de travail homosexuels (comme le HABS à Bâle ou le HAZ à Zurich) ont été fondés, qui, bien qu’ils ne représentaient pas un programme au-delà de l’engagement en faveur des droits des homosexuels, étaient également de gauche.

Lorsque les mineurs de Grande-Bretagne se sont mis en grève contre le gouvernement Thatcher en 1984-85, le communiste Mark Ashton a fondé l’organisation « Gays and Lesbians Support the Miners » (Soutien Gay et Lesbien pour les mineurs) pour remplir les caisses de grève de plus de 22 000 livres (environ trois fois plus aujourd’hui). Nous vous recommandons le merveilleux film « Pride » (2014). En retour, les mineurs ont envoyé une délégation au Christopher Street Day à Londres en 1985 et sont devenus les alliés les plus fidèles du mouvement LGBT. Cela montre clairement que la méthode de la lutte de classe unie est le moyen décisif de convaincre même les travailleurs conservateurs et homophobes que l’homophobie est insensée et nuisible. Les deux groupes ont réussi à briser les préjugés mutuels. L’unité des mouvements LGBT et syndical a renforcé à la fois la position du mouvement syndical et celle des LGBT. Cela nous montre la voie à suivre.

Pas notre tradition

Mais l’homophobie du stalinisme et le conservatisme de la social-démocratie réformiste ont finalement creusé un fossé entre les mouvements LGBT et ouvriers en Europe. L’homophobie encore présente dans le mouvement ouvrier et l’absence de perspective révolutionnaire ont éloigné le mouvement LGBT du mouvement ouvrier, ce qui a fait reculer à la fois le mouvement ouvrier et le mouvement LGBT.

La lutte des classes, qui avait connu un essor mondial depuis la fin des années 1960, s’est calmée au plus tard avec la défaite de la grève des mineurs. La période de flux et reflux de la lutte des classes et l’abandon de la classe ouvrière ont ouvert la porte au mouvement LGBT à des couches petites-bourgeoises mécontentes et à leur idéologie. Contrairement à la classe ouvrière, la petite bourgeoisie n’est qu’indirectement exposée aux attaques des capitalistes et a tendance à considérer les questions sociales séparément de la lutte des classes. Les idées révolutionnaires et socialistes ont été repoussées. Au lieu de cela, les théories idéalistes du postmodernisme ont été introduites, qui promettaient des petits « changements de pouvoir et de discours » locaux et temporaires au lieu de grandes révolutions. La possibilité d’une révolution socialiste par le mouvement ouvrier est rejetée par les intellectuels postmodernes tels que Lyotard, Foucault, Derrida ou Butler.

Des idées postmodernes telles que la théorie queer expliquent aux personnes LGBT qu’eux seuls comprendraient leur oppression et que les hommes blancs hétérosexuels, même s’ils étaient des travailleurs, seraient privilégiés et donc leurs opposants, comme on le voit notamment avec Judith Butler et ses partisans. Ces idées divisent la classe ouvrière et renforcent ainsi la domination du capital. Au lieu d’unir le mouvement ouvrier et le mouvement LGBT dans une lutte révolutionnaire pour une société socialiste, ces idées détruisent la solidarité de classe et entravent ainsi la lutte de tous les opprimés et exploités contre leur oppression.

Avec l’abandon de la lutte des classes et de ses méthodes révolutionnaires, la lutte de libération devait nécessairement être réduite à une question de culture et d’idées. Cela s’accompagne de tentatives pour limiter les objectifs du mouvement à de petites concessions compatibles avec le reste du fonctionnement d’exploitation du capitalisme. Mais c’est précisément le capitalisme qui empoisonne les conditions humaines et crée la division, la haine et la discrimination.

Il se trouve donc qu’aujourd’hui, des policiers homosexuels et des membres de l’UDC défilent dans le défilé des Pride, alors qu’en même temps, la Suisse ne reconnaît pas la persécution en raison de l’orientation sexuelle comme motif d’asile. L’Arabie saoudite, un pays dans lequel l’homosexualité est une infraction pénale, est en même le partenaire commercial de deux sponsors principaux de la Pride Parade, le Crédit Suisse et UBS. Le drapeau arc-en-ciel est ainsi sali par ces relations publiques cyniques. Nous devons rompre avec cette tradition et continuer les meilleures traditions socialistes du mouvement LGBT !

Dis « oui » – à la révolution !

Le 30 septembre, nous voterons pour le mariage pour tous. En tant que marxistes, nous défendons naturellement le droit au mariage pour tous. Mais nous avons montré qu’une véritable libération pour les personnes LGBT nécessite un changement dans la base matérielle de la société. C’est pourquoi nous luttons pour toute égalité et contre toute oppression avec les méthodes de la lutte de classe révolutionnaire. Si cela amène des bourgeois LGBT qui ne s’intéressent qu’à l’égalité juridique à dire au revoir au mouvement, ça nous va très bien.

Le mouvement LGBT ne peut gagner que s’il s’appuie sur les méthodes de la lutte des classes et combine la lutte pour l’égalité juridique et contre l’homophobie avec la lutte générale pour de meilleures conditions de vie sans exploitation. Et le mouvement ouvrier ne peut gagner que s’il transforme la lutte contre toutes les formes d’oppression en sa lutte contre le capitalisme. Cela nécessite un programme socialiste révolutionnaire.

Seule une classe ouvrière unie a le pouvoir de changer cette société de classe exploiteuse et oppressive. Sans faim, manque et exploitation, la base de la haine, de la jalousie et de la discrimination disparaît. Battons-nous pour une révolution socialiste qui mette fin à tous les vieux schémas de discrimination et d’oppression !

Frank Fritschi, Marxist Society, Université à Bâle
Beat Schenk, Unia Thurgovie

Print Friendly, PDF & Email