L’ensemble de l’économie mondiale, y compris la Suisse, est confrontée à la pire crise de l’histoire du capitalisme. Mais cette crise ne vient pas de nulle part. Quel était l’état du capitalisme suisse avant Corona ? Et quelles sont les perspectives pour les semaines et les mois à venir ?

Les chiffres sont terribles après seulement quatre semaines de crise du Corona : 1,3 million de demandes de chômage partiel ont été déposées et plus de 2 000 salariés sont licenciés chaque jour. En plus des centaines de milliers d’employés temporaires, de travailleurs rémunérés à l’heure et d’exploitants précaires de petites entreprises. Une grande partie des salariés suisses sont confrontés à des perspectives d’avenir incertaines. Ils ne savent pas s’ils pourront retourner au travail ou s’ils auront encore un emploi après l’épidémie. Ils ne savent pas si leur entreprise va survivre. L’économie suisse est déjà dans la pire crise de son histoire.

Cela s’applique non seulement à la Suisse, mais aussi à l’ensemble de l’économie mondiale (voir l’analyse détaillée ici). Tous les pays glissent dans une crise profonde et se tirent mutuellement dans l’abîme. Et la Suisse – en tant que petit pays fortement dépendant des exportations et des importations – est en plein milieu de cette course capitaliste vers le bas. Ce que nous avons analysé à plusieurs reprises depuis un certain temps (par exemple ici) devient de plus en plus clair : une crise aussi profonde ne vient pas de nulle part !

2008 n’a jamais été surmontée

La crise actuelle est la continuation de la crise économique de 2008. La crise de 2008 n’a jamais vraiment été surmontée, seulement reportée. Le grand problème aujourd’hui est que les moyens des capitalistes pour lutter contre la crise ont été largement utilisés. Cela vaut également pour la Suisse.

Tout d’abord, le niveau élevé de la dette : Après 2008, des dettes importantes ont été contractées partout dans le monde afin de sauver des entreprises et, en fin de compte, des États de la faillite. En 2018, la dette mondiale s’élevait à 217 000 milliards de dollars, soit 327 % du PIB mondial, ce qui constitue un record historique. Bien que la dette publique soit faible en Suisse, la dette des entreprises a également augmenté régulièrement en Suisse au cours de la dernière décennie. Cela signifie qu’il devient aujourd’hui beaucoup plus risqué pour les entreprises de contracter de nouvelles dettes. Ils sont plus proches de l’insolvabilité.

Deuxièmement, le rôle de la Chine : la Chine a été le moteur de la croissance économique mondiale, surtout après 2008. Comme de nombreux pays, la Suisse a développé des relations commerciales très étroites avec la Chine au cours de cette période. Par exemple, les exportations suisses vers la Chine ont quadruplé depuis 2010. En d’autres termes, l’essor de la Chine a été un moyen important de lutte contre la crise pour la Suisse au cours des dix dernières années. Cet outil n’est plus disponible maintenant vue que la croissance chinoise ralentit depuis des années et s’est complètement effondrée avec Corona.

Le coronavirus  n’est donc pas la cause de la crise économique actuelle, mais son déclencheur. L’effondrement économique pendant l’épidémie met en lumière la crise profonde du capitalisme de la manière la plus dure possible. Avec les moyens utilisés au cours de la dernière décennie de crise pour surmonter temporairement la crise, une crise encore plus grande a été préparée. La crise économique actuelle est aussi la pire crise jamais connue en Suisse !

L’industrie et la restauration en chute libre

Examinons maintenant de plus près les différents secteurs de l’économie suisse. Commençons par l’industrie. L’industrie (métallurgie, machines, produits chimiques, pièces automobiles, etc.) emploie un huitième de tous les salariés en Suisse. Le secteur produit principalement pour l’exportation. Au cours des dernières années, il y a eu une croissance, mais à un faible niveau. Cette croissance a maintenant disparu dans l’air. En 2019, par exemple, les commandes dans les secteurs de la construction mécanique et de la métallurgie ont chuté de 15 %. La raison en est la situation économique internationale : comme la Chine, l’Allemagne et les États-Unis sont en déclin et les investissements baissent – donc les entreprises suisses ont également moins de commandes.

L’industrie suisse était déjà en récession avant Corona et est maintenant frappée fortement. Des milliers d’entreprises n’ont pratiquement pas de réserves et sont menacées de faillite. Nous devons nous attendre à des réductions de salaires, des licenciements massifs et du chômage. Mais cela ne se limitera pas à un seul secteur. La crise dans l’industrie pourrait bientôt s’étendre aux secteurs du transport et d’autres secteurs de services.

Les secteurs les plus touchés par le confinement sont probablement ceux de la restauration et du tourisme. Ensemble, ils représentent 5 % de la valeur ajoutée totale de la Suisse, emploient 200 000 travailleurs et sont donc assez importants. La fermeture de toutes les entreprises par ordonnance a littéralement écrasé l’industrie. Mais le tourisme et la restauration avaient déjà été durement touchés auparavant : 65% ( !) de tous les restaurants et hôtels suisses sont dans le rouge. Toutes ces entreprises sont aujourd’hui menacées dans leur existence.

Lorsque les restaurants et les hôtels rouvriront, certains d’entre eux pourront certainement se remettre sur pied. Mais le secteur ne pourra en aucun cas revenir à la normale. Avec l’augmentation du chômage dans le monde, le nombre de clients va diminuer. À cela s’ajoute le franc fort, qui s’est à nouveau réévalué pendant la crise et qui pèse lourdement sur le tourisme en particulier. Nous devons supposer que pendant et après la crise de Corona, de nombreuses entreprises des secteurs de la restauration et du tourisme feront faillite. Comme c’est le cas pour de nombreux secteurs; il n’y aura probablement pas de retour à la période pré-Corona en raison de la crise à long terme.

La grande exception est l’industrie pharmaceutique – le plus grand secteur d’exportation et une force importante dans la croissance suisse. Il est peu probable qu’elle soit fondamentalement menacée par la crise de Corona. Trop grandes sont leurs réserves et trop puissante est leur position de monopole sur le marché mondial. C’est peut-être le seul secteur véritablement stable. Mais cette stabilité est limitée, car seulement 0,8% des plus de quatre millions de salariés travaillent dans l’industrie pharmaceutique.

Banques

Les banques suisses ont été contraintes de constituer des réserves plus importantes après la crise financière de 2008. Cela leur donnera un peu d’espace pour respirer. Les banques sont encore debout, mais elles sont sur une mince couche de glace. En raison de l’interconnexion étroite des banques au niveau international, la faillite , par exemple, d’une des grandes banques italiennes les plus touchées pourrait déclencher un grave effet domino.

Une deuxième source de danger pour les banques suisses est la situation dans tous les autres secteurs. Comme déjà dit, les entreprises suisses sont lourdement endettées. Et ils sont endettés auprès des banques. Les grandes faillites des entreprises industrielles ou de restauration en difficulté entraîneraient des pertes importantes pour les banques. Une telle crise financière aurait à son tour un impact majeur sur tous les autres secteurs.

Nous ne pouvons pas prévoir avec précision l’ampleur de la crise. Mais le potentiel d’une énorme spirale descendante est grand. Tous les secteurs de l’économie sont interconnectés au niveau international et intersectoriel. Il s’agit d’une crise profonde du capitalisme mondial. Et la Suisse est en plein dedans. Tous les secteurs du capitalisme suisse seront durement touchés.

Plan de sauvetage : la crise est reportée, pas annulée

Le plus grand plan de sauvetage fédérale de tous les temps vise maintenant à sauver le capitalisme. D’une part, l’argent fédéral sera utilisé pour payer le chômage partiel. Les entreprises ne seront plus obligées de continuer à payer des salaires. Ainsi, l’explosion du chômage sera stoppée au moins temporairement.

D’autre part, le gouvernement fédéral garantira ce que l’on appelle les aides de liquidité, c’est-à-dire des prêts simplifiés, afin que les entreprises puissent couvrir leurs frais de fonctionnement même sans chiffre d’affaires. En fin de compte, l’aide aux liquidités est principalement destinée à protéger les banques. Après tout, les frais de fonctionnement des entreprises sont, en plus des loyers, surtout le paiement des anciennes dettes. Le gouvernement fédéral garantit l’argent des entreprises afin que celles-ci puissent rembourser les dettes qu’elles ont contractées auprès des banques.

Le point le plus important que nous devons souligner concernant ses mesures : ils essaient de gagner du temps. On achète du temps aux entreprises. On espère que toute la crise de Corona sera bientôt terminée et que les entreprises recommenceront à faire des bénéfices.

Ce plan est risqué. De plus en plus d’entreprises auront besoin de l’argent du gouvernement fédéral. Après seulement une semaine de ses mesures, plus des deux tiers des liquidités avaient été épuisés. Des milliers d’entreprises vont en avoir besoin encore. Le gouvernement fédéral ne pourra pas maintenir artificiellement en vie des entreprises suisses pour toujours. Le train de mesures ne fait que reporter les problèmes majeurs du capitalisme suisse. Plus la crise durera longtemps, plus les entreprises seront nombreuses à faire faillite.

Les perspectives sont claires : après l’épidémie, l’économie ne retrouvera jamais son niveau antérieur. Actuellement, la demande s’est complètement effondrée avec le confinement. Au même temps, Corona s’ajoute à la crise à long terme du capitalisme. En raison de cette crise à long terme, l’économie ne reviendra pas simplement à la « normale » après Corona.

Qui paie ?

Il y aura moins d’argent partout. De nombreuses entreprises seront lourdement endettées. Le chômage va augmenter, ce qui réduira également la consommation privée. C’est un cercle vicieux : d’innombrables entreprises ne pourront plus vendre leurs produits. Tôt ou tard, de nombreuses entreprises devront faire faillite. Nous assisterons à des réductions de salaires et à des licenciements dans de nombreux domaines en Suisse au cours de la période à venir.

Le Conseil fédéral et les capitalistes reportent donc les problèmes à demain. Mais nous pouvons être sûrs que demain les travailleurs et les jeunes devront payer. Le gouvernement fédéral devra récupérer l’argent investi dans le plan de sauvetage à un moment donné. La majorité de ces mesures seront prises par le biais de réductions des dépenses. Ses mesures d’aujourd’hui signifient des coupes importantes de demain. Des économies dans l’éducation, les prestations sociales, les pensions, peut-être même dans la santé, mais certainement pour les plus vulnérables, par exemple les réfugiés. La perspective est claire : les salariés et leurs familles vont devoir payer brutalement.

Perspectives de la lutte des classes

Le capitalisme est en crise depuis 40 ans, et depuis dix ans il est vraiment secoué. Cela signifie que la classe ouvrière est attaquée depuis des décennies. Depuis 30 ans, les salaires disponibles en Suisse stagnent. Aujourd’hui, nous sommes la première génération à avoir un niveau de vie moins bien que nos parents. En Suisse, 700 000 personnes vivent dans la pauvreté. 25 % des ménages ne pouvaient pas payer une facture inattendue de 2 500 francs. Une grande partie des familles suisses vivent de salaire en salaire.

C’est la situation de la classe ouvrière suisse avant la crise économique actuelle. Ces dernières années déjà, un mécontentement considérable s’est accumulé. À un moment donné, cette insatisfaction devra s’exprimer. Les salariés et les jeunes du monde entier et de Suisse seront de moins en moins disposés à subir de nouvelles atteintes à leurs conditions de vie. Beaucoup de gens vont se battre : contre les licenciements, contre les réductions de salaire, contre les mesures d’austérité. Ce combat a déjà commencé. Les luttes actuelles sur les chantiers, l’immense travail de solidarité dans les quartiers, toutes les discussions politiques sur le lieu de travail ou sur Internet, sont autant de signes avant-coureurs des grandes luttes à venir.

La crise de Corona ouvre une nouvelle période dans la lutte des classes en Suisse. L’année écoulée a également été marquée en Suisse par les mobilisations de masse autour du climat et de la grève des femmes. Le mécontentement général a déjà commencé à s’exprimer par de grands mouvements. La situation politique et économique ayant complètement changé, de nouvelles grandes prises de conscience vont suivre.

Il y aura plus de luttes et de mobilisations, précisément parce que les problèmes du capitalisme n’ont été que repoussés. De nombreux travailleurs et jeunes seront tirés de la passivité politique et jetés sur la scène politique. Ils chercheront des moyens de défendre leurs conditions de vie. Des réponses qui semblaient « trop extrêmes » il y a quelques semaines deviendront désormais beaucoup plus tangibles dans les nouvelles conditions extrêmes.

Le moment est venu de s’organiser. Nous devons maintenant construire une organisation révolutionnaire. Une organisation qui garde la tête froide dans le chaos actuel, qui fait des analyses claires et des perspectives justes. Une organisation qui lutte pour des positions révolutionnaires au sein de l’organisation de masse existante. Parce que la lutte pour la rupture avec le capitalisme est aujourd’hui la seule façon de garantir durablement de bonnes conditions de vie. Rejoignez l’étincelle ! Rejoignez nos discussions qui se déroulent actuellement en ligne ! Aidez à construire une organisation révolutionnaire !

Print Friendly, PDF & Email