La révolutionnaire marxiste Rosa Luxemburg a vécu dans les temps turbulents de l’impérialisme, de la guerre et des révolutions du début du 20e siècle. Ses idées et la lutte qu’elle a menée tout au long de sa vie contiennent des leçons précieuses pour la période actuelle, si tumultueuse.

À bien des égards, la situation actuelle ressemble à celle de Rosa Luxemburg il y a plus d’un siècle : Aujourd’hui comme à l’époque, le capitalisme est en crise organique, des mouvements révolutionnaires voient le jour et le monde est secoué par la guerre. Aujourd’hui, alors que la guerre en Ukraine a fait plier pratiquement toute la « gauche » devant l’assourdissante propagande impérialiste, nous pouvons voir chez Luxemburg ce que cela signifie de défendre une position révolutionnaire sur la question de la guerre. Tous les révolutionnaires en Suisse devraient se pencher sur sa vie et son combat.

Récemment, à la Tendance marxiste internationale, nous avons publié en anglais un livre sur « l’héritage révolutionnaire de Rosa Luxemburg ». Différents courants politiques se réfèrent à Luxemburg pour renforcer leurs propres positions réformistes avec des interprétations complètement déformées. Le nouveau livre de la marxiste danoise Marie Frederiksen montre systématiquement comment Luxemburg a été une révolutionnaire ferme tout au long de sa vie. Elle a défendu de manière conséquente la position marxiste dans la lutte pour le socialisme.

La guerre impérialiste

Luxemburg a consacré sa vie au travail révolutionnaire, surtout en Allemagne. Il y existait un puissant mouvement ouvrier, dirigé par le parti social-démocrate (SPD). Rosa a lutté au sein du SPD contre les compromis réformistes de la direction envers les intérêts capitalistes, et contre la déformation de la théorie marxiste.

Dans ce contexte, la question de la guerre a joué un rôle de plus en plus important. La Première Guerre mondiale se profilait depuis le tournant du 20e siècle. Le capitalisme était entré dans sa phase impérialiste, ce qui signifiait une concurrence accrue pour de nouveaux marchés et de nouvelles ressources. Les intérêts opposés des bourgeoisies nationales ont finalement éclaté en guerre ouverte en 1914 : La Première Guerre mondiale était essentiellement un conflit entre les grandes puissances capitalistes pour la redistribution des marchés et des colonies.

Auparavant, le SPD avait pris position à plusieurs reprises contre la guerre et l’impérialisme. Avec l’Internationale socialiste, il avait déclaré très correctement dans des résolutions que le mouvement ouvrier ne soutenait pas une guerre entre les classes dominantes. En cas de guerre, il fallait faire grève et organiser la résistance de la classe ouvrière. Mais lorsque la guerre a éclaté, il s’est avéré que ce n’étaient que des paroles en l’air.

Luxemburg a été l’une des premières et des plus farouches critiques de cette politique de la direction du SPD. En réalité, dès les années précédant la guerre, la direction du SPD s’était principalement concentrée sur la défense de ses propres sièges au Parlement, plutôt que sur la direction de la lutte de la classe ouvrière vers la révolution.

La trahison de la social-démocratie

Lorsque la guerre a éclaté en 1914, les directions réformistes des partis sociaux-démocrates de toute l’Europe ont immédiatement plié face à leurs bourgeoisies nationales respectives : Au lieu de lutter avec la classe ouvrière des différents pays contre les classes dirigeantes et leur guerre impérialiste, ils sont entrés en guerre aux côtés de la classe dirigeante – contre les travailleurs des autres pays.

Les sociaux-démocrates et les syndicats se sont engagés vis-à-vis de la bourgeoisie à mettre en pause la lutte des classes. Ni les grèves ni l’opposition politique n’étaient autorisées pendant la guerre. La lutte devait être dirigée contre « l’ennemi extérieur » pour « défendre la nation ». C’était une trahison totale de la classe ouvrière : tout à coup, les frères et sœurs de la classe ouvrière de l’autre côté de la frontière nationale devaient donc être ennemis, alors que la classe ouvrière des différents pays n’avait absolument pas intérêt à une guerre de « sa » classe dirigeante.

​​La situation au début de la guerre en Ukraine rappelle fortement 1914 : les dirigeants des organisations traditionnelles de la classe ouvrière de toute l’Europe se sont immédiatement rangés dans l’unité nationale avec « leur » classe dirigeante contre la Russie. Ils sont en première ligne pour soutenir les intérêts de l’impérialisme occidental et appeler à des sanctions et à la livraison d’armes. Comme en 1914, les directions du mouvement ouvrier prennent le parti de l’impérialisme et des dominants au lieu de défendre un point de vue de classe internationaliste conséquent contre la guerre. Et ceux qui en paient le prix, ce sont les salariés : En Ukraine avec leurs vies, en Russie à cause des sanctions et de l’inflation.

Quelle position contre la guerre ?

En Allemagne, la trahison du SPD a empêché l’organisation d’une résistance antimilitariste des travailleurs durant les premières années de la guerre mondiale. Rosa Luxemburg fut l’une des seules, avec Karl Liebknecht, à prendre courageusement position pour la classe ouvrière internationale contre la guerre.

Dans la « Brochure de Junius » de 1915, Luxemburg a écrit un programme contre la guerre impérialiste. Elle y indiquait ce que le SPD devait faire. Luxemburg rejetait l’argument de la direction du SPD selon lequel, en temps de guerre, il fallait choisir l’un des camps belligérants. Les capitalistes et les salariés n’ont pas le même intérêt. Ces derniers ne peuvent compter que sur leur propre force pour mettre fin à la guerre. Luxemburg a montré que la tâche du SPD serait en fait de défendre les intérêts de la classe ouvrière internationale contre les intérêts des puissances impérialistes.

Elle a démasqué les mensonges et l’hypocrisie de la classe dirigeante et des dirigeants du SPD. Ceux-ci prétendaient mener la guerre contre le tsar russe barbare afin de garantir les libertés démocratiques des travailleurs allemands. Mais Luxemburg dénonçait : s’ils voulaient vraiment lutter contre le tsarisme et pour la démocratie des travailleurs, ils soutiendraient le mouvement révolutionnaire en Russie au lieu de se ranger derrière les capitalistes allemands. Luxembourg expliquait que

« son premier devoir [du SPD] envers la patrie était à ce moment de lui montrer les dessous véritables de cette guerre impérialiste, de rompre le réseau de mensonges patriotiques et diplomatiques qui camouflait cet attentat contre la patrie ; de déclarer haut et clair que, dans cette guerre, la victoire et la défaite étaient également funestes pour le peuple allemand… »

Brochure de Junius, 1915

Point de vue de classe internationaliste

Luxemburg nous montre la voie : nous devons défendre le point de vue de la classe ouvrière internationale. Alors que tout le monde s’est effondré devant la pression de la classe dirigeante, Luxemburg a lutté sans relâche contre la guerre et la politique réactionnaire du SPD.

Luxemburg, avec une poignée de révolutionnaires, était isolée avec sa position de classe. Comme le mouvement ouvrier organisé n’offrait pas d’alternative à la guerre et ne faisait rien pour dénoncer les mensonges et l’hypocrisie de la classe dirigeante, une hystérie de guerre nationaliste générale s’est répandue au début de la guerre – semblable à celle d’aujourd’hui. La confusion et les sentiments nationalistes ont ainsi pénétré au plus profond de la classe ouvrière.

Mais cela a changé au fil des années. Au fil des années de guerre, il est apparu de plus en plus clairement qu’il s’agissait d’une guerre des capitalistes, dans laquelle les travailleurs ne pouvaient que perdre. Ainsi, une résistance croissante de la classe ouvrière contre la guerre s’est formée dans les différents pays. La lutte des classes est revenue sur le devant de la scène et a mis à nu le mensonge de « l’unité nationale ». Et au final, la perspective de Luxembourg s’est confirmée : C’est la classe ouvrière qui a mis fin à la Première Guerre mondiale par ses révolutions en Russie en 1917 et en Allemagne en 1918.

Apprendre de Luxemburg

Luxemburg s’est lancée dans ce processus révolutionnaire en 1918 pour mener la révolution jusqu’à la victoire du socialisme. Elle a lutté sans relâche contre la direction réformiste du SPD qui, à ce moment-là aussi, trahissait la classe ouvrière et tentait de détourner la révolution vers des voies bourgeoises.

Mais une chose lui a été fatale : elle a mené cette lutte presque seule. Elle a commencé trop tard à construire un courant révolutionnaire capable de défendre les bonnes positions dans le mouvement ouvrier.

Nous devons étudier l’histoire et en tirer des leçons. Nous avons besoin de la théorie marxiste pour pouvoir tracer en toutes circonstances une ligne de démarcation claire entre les intérêts des salariés et ceux des capitalistes. C’est précisément pour cette raison que nous devons nous pencher sur les idées et la lutte de Rosa Luxemburg. Mais avant tout, de bonnes idées et des positions correctes ne suffisent pas : il faut une direction révolutionnaire dans les luttes, qui défende et ancre ces idées dans la classe ouvrière. Cela manquait à l’époque en Allemagne et cela manque aujourd’hui en Suisse. Mais avec la Tendance Marxiste Internationale, nous construisons précisément cette organisation dans le monde entier.

Print Friendly, PDF & Email