Plus de 60 activistes ont participé aujourd’hui à Révolution2020, la 12ème école marxiste d’automne de l’étincelle, et ceci malgré la pandémie. Ceci est une preuve de l’enthousiasme révolutionnaire de tous les camarades qui ont permis tant l’organisation professionnelle de cet événement que le niveau très élevé des débats qui se sont tenus pendant cette école. 

Dû à la situation sanitaire, nous avons fait le choix d’annuler la partie publique de notre école, afin de mieux nous protéger que les mesures laxistes et pro-capitalistes prévues par le conseil fédéral. Cependant, nous pouvons constater que ce déménagement de toutes les activités en ligne n’a pas nuit aux présentations et débats autour des quatre thématiques choisies.

La journée à débuté avec l’introduction des perspectives de la lutte des classes à l’échelle mondiale par Dersu Heri, rédacteur de l’étincelle. Cette présentation a posé les bases d’un large débat sur les caractéristiques de la nouvelle période de lutte qui s’est ouverte avec la crise et la pandémie. Dersu a notamment démontré la situation d’impasse dans laquelle se trouvent les capitalistes partout dans le monde. De ce fait ils sont forcés de prendre des mesures inouïes pour garder en vie leur système et assurer que la rage des salariés n’explose pas soudainement. La discussion a abordé des sujets très divers tels que «Pourquoi les capitalistes ne changent pas leur comportement?», le rôle du fascisme aujourd’hui – avec l’exemple du procès d’Aube Dorée en Grèce – jusqu’à l’interrogation sur l’explosion de l’endettement publique et ses conséquences sur la stabilité des Etats.

Au cours de la discussion autour de l’état bourgeois dans l’atelier “État et révolution”, Sereina Weber a pointé l’impossibilité d’améliorer la vie des travailleuses et travailleurs par l’Etat capitaliste actuel. La classe ouvrière a besoin de son propre État, qui doit être centralisé et démocratique. 

Dans la discussion «La libération des femmes et le marxisme» Caspar Oertli a touché un très large panorama de thématiques autour de la place des femmes dans la société. Ceci allait de l’origine de l’oppression des femmes avec la révolution néolithique jusqu’aux mouvements contre les féminicides en Amérique centrale. Et la discussion abordait la participation des femmes dans la révolution russe jusqu’au méthodes de lutte et conception philosophique de la théorie de l’intersectionnalité. 

La journée a été clôturée par Gaia Valenti et sa contribution sur « Pourquoi la révolution est possible aujourd’hui ». Elle s’est centrée sur le niveau inimaginable des inégalités dans cette société ainsi que sur le rôle de la classe ouvrière dans la révolution et surtout sur la faisabilité d’un changement profond de la société –  à la condition que nous construisions une organisation révolutionnaire! 

Le succès de Révolution2020 est la preuve par l’exemple que nous ne mettons pas en pause notre effort pour construire cette alternative, même en des temps difficiles. Il est donc grand temps que toi aussi tu rejoignes cette lutte


Tu peux visionner les atéliers si-dessous:

2020: Le monde dans la tourmente

État et révolution

La libération des femmes et le marxisme

Pourquoi la révolution est réaliste aujourd’hui

Print Friendly, PDF & Email