Inscris-toi à l’École marxiste organisée par les sections francophones de la Tendance marxiste internationale le 4 et 5 décembre ! Avec des ateliers sur l’Afghanistan, la philosophie marxiste et beaucoup plus !

Le capitalisme a échoué – luttons pour la révolution socialiste !

La pandémie a exacerbé la lutte des classes dans le monde entier. Les travailleurs et les jeunes commencent à s’opposer au système capitaliste – un système qui est responsable du racisme, de l’inégalité sociale, de la violence d’État, de l’oppression, de l’impérialisme et de la catastrophe climatique mondiale.

La faillite du capitalisme a été mise à nu aux yeux de tous. Deux ans après l’éclatement du COVID-19, et malgré le rebond économique, la classe dirigeante mène une nouvelle vague d’austérité et d’attaques. Les capitalistes cherchent encore et encore à faire payer la crise aux travailleurs, aux jeunes et aux pauvres.

Tandis que des milliardaires comme Jeff Bezos s’envolent dans l’espace, des milliards de personnes ont du mal à joindre les deux bouts sur Terre.

Un nombre croissant de personnes pointe du doigt le capitalisme comme étant à l’origine des problèmes auxquels la société est confrontée.

Le statu quo n’est plus tenable. Il signifie la régression. Le capitalisme doit donc être renversé. Mais pour ce faire, nous devons nous organiser et nous armer des idées révolutionnaires du marxisme qui sont nécessaires pour transformer le monde.

Cette École Marxiste Internationale (le 4 et 5 décembre) est organisée par les sections francophones (France, Belgique, Canada, Suisse) de la Tendance Marxiste Internationale. Elle vise à former à ses idées, ses militants, ses sympathisants et tout ceux qui veulent lutter contre le capitalisme.

Pour des raisons sanitaires et afin de permettre la participation la plus large des révolutionnaires du monde francophone nous faisons cette école en ligne. Nous organiserons cependant des visionnements publics dans toutes les villes où nous sommes présents (Genève, Lausanne, Paris, Toulouse, Lyon, Marseille, Bruxelles, Montréal, Ville de Québec et beaucoup d’autres).

Inscris-toi maintenant en cliquant sur ce lien.

Descriptions des ateliers

Les racines philosophiques du marxisme

Samedi, 15h (HEC – Heure de l’Europe centrale), 9h (Québec)

Contrairement à beaucoup de philosophes bourgeois actuels, le marxisme ne prétend pas créer une philosophie entièrement nouvelle et originale. Il est le prolongement et l’aboutissement de deux tendances philosophiques très anciennes : le matérialisme et la dialectique. Leur fusion au sein du marxisme s’est produite à une époque où, malgré des avancées remarquables, les différentes tendances de la philosophie bourgeoise des XVIIIe et du XIXe siècle étaient arrivées à une impasse. Cet atelier sera l’occasion d’examiner la façon dont le marxisme plonge ses racines dans les meilleures traditions de la philosophie.

Liste de lecture

Pour aller plus loin :

Afghanistan : de la Révolution de Saur au retour des Talibans

Samedi, 18h (HEC), 12h (Québec)

Dans les médias bourgeois, l’Afghanistan est souvent présenté comme une sorte de pays maudit, inextricablement plongé dans la barbarie. En réalité, la situation actuelle du pays est la conséquence de l’échec de la révolution de Saur en 1978. La combinaison des erreurs des dirigeants staliniens afghans et soviétiques et des machinations des puissances impérialistes a abouti à l’émergence d’une nuée de groupes réactionnaires, dont les Talibans ne sont que la fraction la plus barbare. Aujourd’hui, après 20 ans de guerre, les impérialistes ont abandonné l’Afghanistan aux Talibans et à une crise économique effroyable. Cet atelier portera donc sur l’histoire révolutionnaire méconnue de l’Afghanistan et sur les perspectives de la lutte des classes dans cette région du monde.

Liste de lecture

Pour aller plus loin :

Ce qui descend doit-il remonter ? Perspectives pour la crise économique

Dimanche, 15h (HEC), 9h (Québec)

Alors que certains économistes parlent avec optimisme d’une reprise importante de l’économie après la pandémie, la réalité est que le système capitaliste est profondément malade. Trotsky avait déjà expliqué il y a 100 ans, en opposition à la théorie des « longues vagues » de Kondratiev, que la courbe de développement du capitalisme n’évolue pas de manière mécanique. La période à venir ne sera pas celle d’un boom et d’une reprise vigoureuse, mais celle de la stagnation et du déclin.

Liste de lecture

Pour aller plus loin :

En défense d’Engels – aux origines de l’oppression des femmes

Dimanche, 18h (HEC), 12h (Québec)

Pendant 270’000 mille ans d’existence de l’homme moderne, nous avons vécu sans oppression des femmes. L’oppression systématique des femmes est une invention moderne, un produit de l’histoire et de la société. Mais quelle société a besoin de cela ? Et pourquoi ?

Nous étudions cette question, l’origine de l’oppression des femmes, car nous voulons savoir comment la surmonter. Ce faisant, nous découvrons que l’oppression des femmes est née en parallèle à la division de la société en classes, il y a environ 30’000 à 20’000 ans. L’objectif de l’atelier est de démêler l’écheveau qui existe encore aujourd’hui entre l’oppression des femmes, l’idéologie sexiste, l’oppression de classe, la répression étatique et le capitalisme.

Liste de lecture

Pour aller plus loin :

Inscris-toi maintenant en cliquant sur ce lien.

Print Friendly, PDF & Email